Entreprise

Prix Versailles | Quand les entreprises sont récompensées pour leur beauté architecturale

Depuis 2015, le prix Versailles vise à récompenser l’architecture des commerces, petits ou grands, et tend à réunir « culture et architecture commerciale : deux domaines qui sont fréquemment posés comme antinomiques.» Une initiative forte intéressante, surtout pour les commerces récompensés.

La beauté commerciale enfin récompensée

Lancé par l’association Diversum, association interrogeant « les liens entre l’économie et la culture dans la mondialisation », le prix Versailles a pour vocation de récompenser les architectures commerciales les plus admirables. Initialement concentré sur les commerces français en 2015, le prix avait déjà récompensé les Galeries Lafayette à Marseille, la boutique Repetto à Paris et deux autres commerces à Strasbourg et Lyon. Les commerces retenus pour le prix étaient récompensés soit pour leur architecture intérieure, extérieure ou générale. Cette année, le prix, décerné à Paris au siège de l’UNESCO, a vu plus haut.

Le jury a en effet décidé d’internationaliser le prix, récompensant ainsi cinq pays différents : la France, l’Inde, le Cambodge, les Etats-Unis et le Brésil. Le prix s’est d’ailleurs davantage catégorisé en différenciant magasins, restaurants et hôtels.

La boutique Alexander McQueen a donc reçu le prix Versailles pour la catégorie « Magasins », le somptueux hôtel Phum Baitang pour la catégorie « Hôtel » et le Lotus Cafe, basé en Inde, pour la catégorie « Restaurant ». Ces commerces méritent-ils le prix selon vous ? Jugez plutôt en cliquant ici.

Magasin Alexander McQueen (Paris, France) | source : www.davidcollins.com

 

Hôtel Phum Baitang (Siem Reap, Cambodge) | source : www.aw2.com

 

Restaurant Lotus Cafe (Tirupati, Inde) | source : www.s3.amazonaws.com

 

Un prix ambitieux et plein d’avenir

Composé de membres aux métiers éclectiques, le jury compte – évidemment – des architectes de renom, Paul Andreu et Rudy Ricciotti pour la France ainsi que Toyio Oti pour le Japon, Anne-Sophie Pic, grand chef cuisinier, le maire de Versailles, le philosophe Gilles Lipovetsky, ainsi qu’une styliste et l’ancienne directrice adjointe du Centre du patrimoine Mondial , toutes deux japonaises. Un jury d’une diversité incroyable.

Pour 2017, le prix Versailles voit encore plus grand, avec pour projet de récompenser une quatrième catégorie dédiée aux « Galeries marchandes » et d’ouvrir le prix à six régions supplémentaires : « Afrique et Asie de l’Ouest – Amérique centrale, du Sud et Caraïbes – Amérique du Nord – Asie centrale et du Nord-est – Asie du Sud et Pacifique – Europe. »

Le prix Versailles a ainsi pour mission première de redorer l’image de l’urbanisme commercial, souvent considéré comme un monstre esthétique dans le paysage de nos villes et des campagnes, et veut prouver que la beauté existe jusque dans nos magasins. Un prix qui, s’il prend assez d’ampleur, poussera plus d’un commerçant à mettre en beauté son commerce.

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant à l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Consultant en communication freelance.
Cyril Garrech
Suivez-moi !