Entreprise

Narcissiques ou professionnels : votre nom est une marque sur internet

Selon une étude Ipsos, 71% des Français auraient déjà tapé leur nom dans les moteurs de recherches. Mieux encore, 5% des 25-34 ans chercheraient, tous les jours, leur nom sur Google, Bing et d’autres moteurs de recherches. Cette tendance, qui semble relever du narcissisme sur internet, s’appelle « l’ego-surfing ». Deux explications à ce phénomène peuvent être mises en avant.

Le monde des narcissiques

La première est que nous sommes narcissiques. Des Skyblogs à Facebook, en passant par Tumblr, Twitter et les « selfies » : tout le monde pense pouvoir devenir célèbre en quelques clics. Certains réussissent et d’autres, qui échouent, deviennent ce que les experts appellent des narcissiques virtuels. Selon le professeur de psychiatrie Elias Aboujaoude, qui enseigne à l’Université de Stanford, internet est un monde où toutes les restrictions sociales du comportement humain sont éliminées. Qui Diable irait devant le siège de la SNCF pour dire exactement ce qu’il écrit sur leur page Facebook ou leur compte Twitter? Internet est un monde formidable pour les narcissiques, où mensonges, exagérations, superficialité et vulgarité sont permis sans qu’aucun ne puisse se sentir directement impliqué.

Bref, selon Bill Davidow, ce sont les narcissiques qui ont rendu les réseaux sociaux comparables à des concours de beauté et de popularité. Plus d’amis, plus de « follow », plus de relations, plus de « Moi je Moi je ». Et ce concours de popularité a pour conséquence de glorifier les narcissiques et de faire croire, aux autres, que leur vie n’est pas aussi géniale que la leur. Le court-métrage « What’s on your mind ? » montre bien ce cercle vicieux que, finalement, nous avons tous connu au moins une fois.

Mais heureusement, les narcissiques ne représentent qu’une minorité se souciant de leur image sur Internet. Car, et c’est notre deuxième explication, les professionnels aussi savent désormais que leur notoriété virtuelle joue un rôle important.

Les professionnels et leur identité virtuelle

C’est ce qu’on appelle le « personal branding ». Tout comme une entreprise, le personal branding consiste à gérer sa propre image, son nom propre. Selon une enquête Ispsos, 60% des professionnels comparent leur identité virtuelle à une marque qu’il faut soigner et mettre en avant. Et on les comprend. Mettons que vous candidatiez à un poste chez une agence de communication. En tapant votre nom, vous découvrez que celui-ci est associé à des pages, des sites et des photos on ne peut plus compromettantes. Si vous êtes un minimum professionnel, votre réflexe sera de demander aux sites concernés de ne plus associer votre nom à leur contenu. Un tiers des Français aurait déjà effectué de telles demandes ! Comme nous l’avait rappelé David Lagarrigue, spécialiste des recrutements, les employeurs ont souvent le réflexe de s’intéresser à notre identité virtuelle, en simplement tapant notre nom sur Google.

Enfin et ce n’est pas un phénomène rare, beaucoup de professionnels travaillent leur image sur internet pour éviter d’être confondus avec des gens qui auraient le même nom qu’eux. Ce serait surtout le cas des cadres (27%) et des chômeurs (29%) !

Finalement, ceux qui tapent leur nom sur Google peuvent être divisés en deux groupes. Les narcissiques en quête de reconnaissance d’une part et les professionnels en quête de crédibilité d’autre part. Narcissique ou non, plus personne n’échappe à son identité numérique et se doit, à minima, de la valoriser. Mais comme l’a montré le court-métrage juste en haut, mieux vaut ne pas s’empoisonner la vie réelle avec notre vie virtuelle.

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant à l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Consultant en communication freelance.
Cyril Garrech
Suivez-moi !