Economie

« L’économie du partage » : quel business modèle ?

Avec le succès retentissant d’Airbnb, de BlaBlaCar ou encore du Bon Coin, l’économie du partage (ou «  sharing economy ») semble avoir le vent en poupe ! Cette économie doit avant tout son succès à son caractère participatif et socialement utile au plus grand nombre. C’est ainsi qu’avec BlablaCar vous ferez Paris-Lille dans la voiture d’un inconnu à un prix défiant toute concurrence, qu’avec Game2Game vous échangerez vos vieux jeux vidéos ou encore qu’avec SuperMarmite.com vous goûterez au plat cuisiné par votre voisin.

L’économie du partage est à la fois un mouvement social et un modèle économique aux multiples facettes. Mais ce modèle est-il rentable ? Quelles en sont les limites ? Cette économie menace-t-elle les entreprises marchandes « classiques » ?

L’économie du partage : comment cela fonctionne-t-il ?

Représentant des millions d’utilisateurs et des milliards d’euros de chiffres d’affaires, l’économie du « partage » est à vrai dire difficilement quantifiable. Pour la simple raison que si bon nombre d’entreprises « solidaires » se revendiquent comme telles, force est de constater qu’il existe des modèles économiques différents !

Néanmoins, le cœur du business modèle le plus fructueux des entreprises du partage se base sur les commissions. Par exemple, BlaBlaCar prélève jusqu’à 11% des transactions effectuées sur son application. Airbnb, quant à lui, prélève entre 6 et 12% du montant des réservations et ce de façon dégressive. Ces chiffres ne sont bien entendu pas explicités sur les applications de ces entreprises, ce qui représente pour certains un mirage économique significatif.

Le deuxième point principal du business modèle de ces entreprises est l’usage quasi systématique des applications mobiles. En proposant une interface agréable, simple et à portée de main, les transactions sont d’autant facilitées !

Enfin, les entreprises du partage ont généralement en commun leurs canaux de financement. En effet les levées de fonds sont sûrement les leviers financiers les plus significatifs pour l’économie du partage. En séduisant des investisseurs, les entreprises peuvent espérer lever des fonds importants qui financeront principalement leurs campagnes de communications et de développement commercial.  C’est ainsi que BlaBlaCar réussit une incroyable levée de fonds (sa quatrième depuis sa création) d’un montant de 200 millions d’euros en septembre 2015. De quoi faire rêver.

Le principe de l’économie du partage est très populaire et surtout très utilisée. Le Bon Coin, par exemple,  compte près de 20 millions de visiteurs par mois et atteint un taux de marge brute de 60% !

Une économie encore peu rentable et contestée

Néanmoins, les médias mais aussi les chefs d’entreprises eux-mêmes s’accordent à dire que de telles entreprises ne sont majoritairement pour l’instant pas rentables, bien que très populaires ! Paradoxal en effet.  Le porte-parole de BlablaCar ajoute par ailleurs : «  Être rentable n’est pas notre priorité pour l’instant ». Et d’ajouter que l’entreprise souhaite avant tout développer sa communauté avant d’appliquer une grille de commission dans chaque pays. Mais l’économie ça n’est pas qu’Airbnb, BlablaCar ou le Bon Coin, c’est aussi bon nombre de start-up qui peinent à trouver leur communauté ou à séduire les investisseurs.

Pour finir, l’usage de plus en plus fréquent de ces entreprises du partage met en avant le problème d’ « ubérisation » de la société. Des conducteurs Uber qui remplacent les taxis, des co-voitureurs qui concurrencent les bus et les trains, des locataires et propriétaire Airbnb qui éclipsent les hôtels : les entreprises marchandes ont en effet du souci à se faire. Néanmoins, selon les utilisateurs eux-mêmes, l’économie du partage a un avenir florissant et doit se développer davantage. Comme le souligne le sondage OpinionWay en 2015, 82 % des interrogés estiment que ces entreprises « révolutionnent la manière de consommer des biens et des services» et 80 % pensent que «ces nouveaux services vont faciliter leur vie».

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant au CELSA-Sorbonne.
Diplômé de l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Cyril Garrech
Suivez-moi !