Drôle d'histoire !

Le marketing malsain de Coca-Cola et PepsiCo

Publiée le 10 octobre dernier dans le prestigieux American Journal of Preventive Medicine, une étude scientifique dénonce l’influence des deux colosses de l’industrie des boissons sur pas moins de 96 organismes de santé impliqués dans la recherche et la prévention. Entre 2011 et 2015, Coca-Cola et PepsiCo auraient investi des dizaines de millions de dollars dans le monde de la recherche pour influencer sur les politiques de santé publique.

Une histoire qui se répète

Dans les années 1990, on apprenait que le Council for Tobacco Research (CTR) une officine de l’industrie du tabac basée à New York, avait dépensé près de 282 millions de dollars pour financer plus de 1000 chercheurs qui ont publié quelque 6000 articles scientifiques dans le cadre d’une campagne de désinformation de grande ampleur. On apprendra, par exemple, que la « la nicotine dét[enait] la clé d’antidouleurs plus efficaces » selon une dépêche du Reuters en avril 1999. De grands chercheurs tels que le neurobiologiste Jean-Pol Tassin ou le célèbre Jean-Pierre Changeux furent impliqués dans cette campagne de désinformation malhonnête.

Cette histoire semble se répéter avec l’industrie du soda ! Ce mois-ci, des chercheurs en médecine de l’Université de Boston ont pointé du doigt les liens financiers existant entre 96 organismes de recherche en santé et les deux colosses de l’industrie du soda : Coca-Cola et PepsiCo.

Parmi les 96 organismes de recherche, on trouve des acteurs privés de la santé, mais aussi, et de façon largement plus inquiétante, des institutions en lien direct avec la santé publique et reliées à l’État. 86,5% de ces organismes auraient accepté de recevoir de l’argent de la part de Coca-Cola, 12,5% des deux entreprises, et un seul de PepsiCo de manière exclusive. Certaines fondations, telle que l’American Diabetes Association, la fondation pour la recherche sur le diabète juvénile, auraient elles-aussi accepté l’argent d’au moins l’un des deux entreprises. Un comble lorsque l’on sait que le soda influe directement sur le diabète de type 2. A ces fondations s’ajoutent également des ONG, telle que la très influente Save The Children, qui aurait reçu 5 millions de dollars pour évincer la question du  sucre de son cahier des charges.

La « corporate philanthropy » : le marketing malsain de Coca & Pepsi

La raison de ces financements douteux est on ne peut plus claire : guider indirectement les recherches des organismes vers un sens favorable à l’image que les deux industries du soda veulent communiquer. Pendant cette période de financement, les instances de lobbying de Coca-Cola et PepsiCo en ont profité pour influencer pas moins de 29 proposions de loi autour de l’industrie du soda (taxations, règles publicitaires, …). Coca-Cola était allé encore plus loin en 2015 lors du mois de la santé du cœur aux États-Unis en promouvant son produit éponyme comme une «boisson saine » à travers plusieurs articles écrits par des experts (et financés, bien entendu).

Selon les chercheurs Daniel G. Aaron et Michael B. Spiegel, cette campagne de financement menée par Coca-Cola et Pepsi Co s’apparente finalement à de la « corporate philanthropy », une stratégie de marketing visant «  à faire taire les organismes de recherche qui pourraient défendre toute politique de santé allant à l’encontre des intérêts des industries du soda. »

L’étude se conclue en recommandant aux organismes de recherche concernés de trouver des sources de revenu alternatives  pour ne plus favoriser la consommation de soda et ne plus « faire de mal aux Américains. »

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant à l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Consultant en communication freelance.
Cyril Garrech
Suivez-moi !