La Petite Interview

La Petite Interview | Timothée Vienne, producteur chez Shine France

Economy & Co a décidé d’interviewer, rapidement et simplement, des professionnels liés de près ou de loin à l’économie et la gestion. Le but étant d’en savoir plus sur leur métier et leur parcours à travers 8 questions ! On accueille donc aujourd’hui Timothée Vienne, producteur chez Shine France !

 

  • Pouvez-vous me décrire brièvement ce que fait Shine France ?

Shine France produit chaque année des centaines d’heures de programmes pour toutes les chaînes françaises. On peut citer les plus emblématiques : The Voice, La Meilleure Boulangerie de France ou encore Prodiges mais aussi des fictions comme Tunnel ou Malaterra.

 

  • Quel a été votre parcours jusqu’ici ?

Je suis un pur autodidacte. Viré de mon lycée à 16 ans – j’avoue que je détestais l’école – j’ai d’abord enchaîné les petits boulots. J’ai passé mon bac par correspondance car je me souviens qu’un célèbre producteur m’avait dit : « La plupart de gens de télé ont commencé par un stage…  mais personne ne te signera de convention si tu n’as pas le bac ! ». Mon diplôme en poche, j’ai commencé à faire le siège des boîtes de prod’ de Paris.

Nagui a été le premier à m’accueillir puis j’ai atterri chez Julien Courbet qui dirigeait à l’époque Quai Sud Télévision. J’y ai occupé tous les postes ou presque – de « simple » assistant à rédacteur en chef –, animé une chronique hebdomadaire dans Sans Aucun Doute et réalisé une centaine de reportages en France comme à l’étrangerDepuis, j’ai notamment collaboré avec TF1 Production, Tony Comiti, BBC Worldwide et donc Shine France, depuis janvier 2015.

 

  • En quoi consiste votre métier ?

En tant que Producteur, j’ai la responsabilité éditoriale et artistique d’émissions. Je dois développer ou adapter s’il s’agit d’un concept étranger, les projets que l’on me confie. Mais mon rôle est aussi d’avoir une vision, une ambition pour chaque programme et de les défendre. Plus concrètement, je recrute les équipes, supervise le tournage, le montage, etc., et veille en permanence à ce que l’émission soit à la hauteur de nos exigences. Des mois de travail… pour quelques minutes de diffusion. C’est aussi ça la télévision : la magie de l’éphémère. 

 

  • Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ? Le moins ?

Le plus : animer mon équipe, créer les conditions pour que chacun donne le meilleur de lui-même, partager chaque jour la fierté du travail qu’on accomplit ensemble. Je ne crois pas au management par la terreur. Je suis convaincu au contraire que l’écoute et la bienveillance favorisent l’expression des talents.

Le moins : Le mauvais stress, les tensions inutiles.

 

  • Quelles différences voyez-vous entre la production TV et la production de cinéma?

Il arrive que des producteurs TV s’essayent au cinéma mais ils sont rares et ne rencontrent pas toujours le succès escompté. Ça prouve qu’en réalité les deux métiers n’ont pas grand chose en commun. La différence majeure, selon moi, réside dans le fait qu’en fiction, il n’y a pas de place à l’improvisation alors que la production TV exige de s’adapter en permanence au réel. C’est d’ailleurs ce qui la rend passionnante. Nous ne suivons pas un scénario écrit à l’avance, nous racontons une histoire qui se déroule sous nos yeux. Et c’est là tout notre « art »: en extraire la substantifique moelle, restituer les émotions, révéler les personnalités.

 

  • Comment vous voyez-vous d’ici dix ans ?

Si j’étais Miss France – après tout, on peut bien rêver – je vous répondrais sans hésiter : « Prendre la place de Thierry Lachkar ! », le Président de Shine France. Mais loin de moi l’idée de le pousser vers la sortie… Plus sérieusement, diriger les programmes d’une société de production ou d’une chaîne de télé est un défi que j’aimerais relever. Ne serait-ce que pour mettre en œuvre de nouvelles idées. Et faire émerger des talents à l’intérieur comme derrière le poste : vous n’avez pas idée du nombre de personnes qui ne sont pas reconnues à leur juste valeur dans ce milieu.

 

  • Pouvez-vous citer 3 qualités requises pour quelqu’un qui aimerait exercer votre métier ?

En premier : savoir s’adapter. La télé, c’est le royaume de la débrouille. Ceux qui réussissent sont capables de tout faire ou presque. En deux : refuser la facilité, être pertinent dans ses choix. Quelques grammes de finesse dans ce monde de brutes font toute la différence. En trois : ne rien lâcher, JAMAIS ! Vous entendrez à longueur de journées que « c’est impossible », considérez au contraire que vous êtes sur la bonne voie et foncez !

 

  • Si vous deviez exercer un métier totalement différent, que feriez-vous ? 

J’ouvrirais un resto où ma famille et mes amis auraient table ouverte. Partager un bon repas avec les gens que j’aime est pour moi l’une des définitions du bonheur ! De temps en temps, je rêve aussi de jouer la comédie… et n’exclue pas de m’en donner les moyens un jour. J’aime l’idée d’avoir plusieurs vies.

 

Merci infiniment à Timothée Vienne de s’être prêté au jeu pour Economy & Co ! 

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant à l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Consultant en communication freelance.
Cyril Garrech
Suivez-moi !