La Petite Interview

La Petite Interview | Luc Mandret, directeur de Publicis Consultants Net Intelligenz

Economy & Co a décidé d’interviewer, rapidement et simplement, des professionnels liés de près ou de loin à l’économie et la gestion. Le but étant d’en savoir plus sur leur métier et leur parcours à travers 8 questions ! On accueille donc aujourd’hui Luc Mandret, directeur de Publicis Consultants Net Intelligenz !

 

  • Pouvez-vous me décrire en une phrase ce qu’est Publicis Consultants Net Intelligenz ?

Publicis Consultants Net Intelligenz – PCNI pour les intimes – regroupe une quarantaine d’experts dédiés aux enjeux de réputation, à l’activation digitale, à l’animation des communautés en ligne (community management et relations avec les influenceurs),  à la création et l’éditorialisation de contenus digitaux.

 

  • Quel a été votre parcours jusqu’ici ?

Comme les chats, j’ai eu plusieurs vies, professionnelles me concernant. J’ai commencé à l’âge de 19 ans dans l’industrie pharmaceutique en faisant du data management pour les essais cliniques. Ensuite j’ai réalisé un rêve de gamin : participer à la création d’un journal, un hebdo papier. Puis un passage dans la production web, pour être maintenant dans la communication depuis 8 ans. En parallèle, quelques activités politiques, et de l’enseignement au CELSA pour parler de communication politique avec les étudiants…

 

  • En quoi consiste concrètement votre métier ?

Au quotidien mon métier se sépare en deux gros volets : le management de l’équipe d’une part (incluant les questions de recrutement, de staffing, administratives et financières), le pilotage de comptes d’autre part : l’accompagnement de nos clients dans leur stratégie d’influence en ligne et de pilotage de leur réputation.

 

  • Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ? Le moins ?

Ce qui est valorisant dans notre métier est ce qui me plait le plus : nos clients arrivent avec des messages, il faut les faire vivre sur le web ; ils arrivent avec des questions ou des problèmes, nous les aidons à trouver des solutions.

Ce qui me plait le moins ? Bosser avec des gens de grandes qualités humaine et professionnelle, et les voir partir.

 

  • Si vous deviez associer le Social Media à une œuvre d’art, laquelle choisiriez-vous ?

Et si le Social Media était une œuvre d’art en tant que tel ? En tous les cas, il est certain que c’est un canal pour de nombreux artistes, qui définit des contraintes à repousser.

 

  • Mettons que je sois une entreprise de pompes funèbres et je souhaite diffuser une image positive voire attirante, comment devrais-je m’y prendre selon vous ?

Déjà je vous proposerais de se rencontrer, pour avoir un vrai brief ! Et que vous partagiez vos enjeux, vos valeurs, vos moyens, vos ambitions. Et puis qui vous voulez-vous attirer ? Besoin de recruter de nouveaux collaborateurs ? Besoin de nouveaux clients, vivants qui préparent leur départ ? Surtout, il m’arriverait certainement de modifier votre demande, et de vous challenger sur votre souhait.

 

  • Si vous deviez exercer un métier totalement différent, que feriez-vous ?

Je serais herboriste, c’est peut-être ma prochaine vie de chat. J’aime l’imaginaire derrière les plantes et les herbes, et leurs vertus. C’est une source de rêve, un lien réel avec l’histoire et avec la terre, et surtout un terrain d’exploration encore énorme. Un côté sorcier aussi que j’aime, réfléchir à des potions et des assemblages, pour faire du beau, du bon et du sens.

 

  • Enfin vous qui êtes passionné de politique, quelles personnalités politiques maîtrisent le mieux et le moins leurs e-réputation selon vous ?

Je n’aime pas trop dire du mal, c’est trop facile dans une époque où l’on a tendance à « casser », cette époque des commentateurs, des chroniqueurs et des experts en tout-genre n’apporte rien, si ce n’est du bruit et du vent. Actuellement, il en est un qui attire particulièrement mon attention, c’est Justin Trudeau, le Premier Ministre canadien : il assume une proximité parfaite avec les citoyens, sans jamais aller trop loin dans le poujadisme, il est humain en restant sérieux. Je trouve qu’il a réussi le parfait équilibre.

 

Merci infiniment à Luc Mandret de s’être prêté au jeu pour Economy & Co !  

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant à l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Consultant en communication freelance.
Cyril Garrech
Suivez-moi !