Entreprise

Karl Lagerfeld à la pointe de l’expérience client

La digitalisation ne s’opère pas que dans les grandes surfaces. Comme nous le montre l’exemple des boutiques de Karl Lagerfeld, les boutiques de mode de luxe ont tout intérêt à moderniser l’expérience client et à rester « fashion » à l’ère numérique. Immersion dans le monde de Karl Lagerfeld.

L’icône Karl Lagerfeld

Créée en 1984, la marque Karl Lagerfeld, dont le créateur est aussi le Directeur artistique de la maison Chanel et Fendi, veut se différencier des autres marques de luxe.  Se voulant plus abordable que ses concurrents, la marque Karl Lagerfeld rayonne par son nom même, ce qui, en somme, la conforte d’ores et déjà dans une position avantageuse.

Ce qui différencie la marque Lagerfeld des autres enseignes est l’icône même du créateur. Suivi par près de 900 000 personnes sur Facebook, le créateur bénéficie d’une communauté attachée à son image, jusqu’à en aimer son chat « Choupette », suivi par 41 000 personnes Facebook. Pourquoi ne pas alors amener cet esprit de communauté jusque dans les boutiques ? Ce fut, en somme, l’objectif de la marque qui voulut conjuguer l’amour de sa communauté, digitalisation et expérience client pour mettre à disposition, au client, un tout nouveau genre de magasin connecté.

Le digital store innovant de Lagerfeld

Inauguré le 1er mars 2013, à Paris, le magasin de 200 mètres carrés offre en effet une expérience client numérique unique en cohérence avec l’image de Lagerfeld. Une expérience V.I .P, tendance et, à l’image de la marque, originalement luxueuse. Cette nouvelle expérience client peut se résumer en trois innovations :

Karl’s booth 

Un Ipad installé dans chaque cabine d’essayage permet à chaque client d’immortaliser son look en photo et de le partager instantanément sur Internet, par mail ou sur les réseaux sociaux. Un concept de cabine d’essayage-photo innovant !

Karl’s Booth | source : blog.emakina.com

Karl’s Book

Innovation phare faisant vivre la boutique, le Karl’s Book prend la forme là aussi d’un Ipad par lequel il est possible, pour chaque visiteur, de laisser un mot pour le créateur et même une photo, à la façon d’un Livre d’Or. Les meilleures photos sont d’ailleurs sélectionnées chaque semaine et classées dans le « pic of the week » pour être ensuite partagées sur les réseaux sociaux et le site du créateur. Le Karl’s Book permet aussi aux visiteurs de faire défiler les collections Lagerfeld en quelques mouvements de doigt sur un mur d’écran géant, de surfer sur le site du créateur et même de s’inscrire aux newsletters de l’enseigne.

The Kollection

Des iPad mini se sont glissés parmi les portants pour proposer aux visiteurs de découvrir l’ensemble de la collection, de la partager sur Internet et, notamment, de repérer les pièces qui ne seraient pas disponibles en boutique au moment de leur visite.

Store à Paris | source : retaildesignblog.net

 

Suite à l’ouverture de ce digital store, près d’une dizaine d’autres ont été ouverts dans la même année à travers le monde. Chaque boutique compte, en moyenne, 2500 partages et 6000 selfies par mois ! Mieux encore, la page Facebook de Karl Lagerfeld comptait, avant février 2012, seulement 80 000 fans avant d’en compter, moins d’un an plus tard, 650 000 et 900 000 aujourd’hui. Luxe et digital font finalement bon ménage et révolutionnent l’expérience d’achat de chaque client, le faisant passer de simple consommateur à un visiteur attaché à la marque.

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant au CELSA-Sorbonne.
Diplômé de l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Cyril Garrech
Suivez-moi !