Entreprise

Faut-il séduire pour se faire embaucher ?

Qui de mieux pour nous répondre qu’un recruteur lui-même ? 

Diplômé de NEOMA et d’un MBA à Melbourne, David Lagarrigue capitalise aujourd’hui 15 ans d’expérience dans le conseil en ressources humaines. Actuellement responsable de l’activité conduite du changement au sein du cabinet Althéa, il a accepté de répondre à nos questions !

 

  • Est-ce qu’une bonne photo sur un CV donne plus de chance d’être retenu ?

Les réseaux sociaux ont depuis longtemps démocratisé la photo de profil – qui a envie de suivre une tête d’œuf sur Twitter, ou l’homme invisible sur LinkedIn ou Facebook ? Le premier réflexe d’un recruteur sera de vous « googliser » ! Autant mettre toutes les chances de votre côté et maîtriser votre image professionnelle. Utilisez votre nom et votre photo comme une marque, en les déclinant sur vos profils professionnels (LinkedIn, Viadeo…) et sur votre CV.

À cet effet, soignez la qualité de l’image, elle vous le rendra ! Lumière, cadre, format, résolution, autant de petits détails qui font la différence. Prenez le temps de choisir la bonne photo, en adéquation avec votre domaine d’activité et l’aspect de votre personnalité que vous souhaitez mettre en avant. Communicant, affichez un franc sourire et adoptez un cadre rapproché. Professionnel, privilégiez un cadre plus large et une pose classique. Créatif, adoptez un style plus décalé… Ou pourquoi pas l’inverse ! L’important est que votre photo reflète le message que vous voulez faire passer !

 

  • Y a-t-il certaines règles pour bien « se vendre » lors d’un entretien ?

C’est avant tout du bon sens. Ne vous tirez pas une balle dans le pied : soyez ponctuel, choisissez une tenue professionnelle, ayez votre CV sous la main et de quoi prendre des notes. Cela ne vous fera pas gagner des points, mais cela vous évitera d’en perdre. La recette s’applique aussi aux entretiens vidéo.

Prenez un temps d’avance : consultez le site de l’entreprise et ses dernières actualités, regardez le profil du recruteur sur LinkedIn. Préparez vos questions, soyez clair sur vos messages clés à valoriser et ne les perdez pas de vue. Ne vous laissez pas surprendre par une question en Anglais ou sur les « trous d’air » de votre parcours. Réfléchissez-y au calme et entraînez-vous.

Quelle que soit l’issue de l’entretien, veillez à laisser une image professionnelle et constructive. Invitez les personnes rencontrées dans vos contacts. À l’ère des réseaux professionnels en ligne, une bonne (ou une mauvaise) réputation voyage à grande vitesse !

 

  • Le recruteur a-t-il le droit de nous poser des questions liées à notre vie privée ?

La loi est très claire sur ce point : « Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement (…) en raison de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de son orientation sexuelle, de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse, (…) de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son patronyme ou en raison de son état de santé ou de son handicap. » (Article L122-45). L’employeur doit s’en tenir aux demandes d’informations ayant « un lien direct et nécessaire avec l’emploi proposé ou avec l’évaluation des aptitudes professionnelles » (Article L1221-6).

Dans la pratique, les échanges doivent se faire en bonne intelligence. L’objectif est d’avoir un dialogue constructif, qui permette d’évaluer la compatibilité entre les attentes du candidat et les attendus de l’employeur. Chacun réagit différemment, donc c’est à vous de juger si une question est trop personnelle. Indiquez-le au recruteur ou demandez-lui en quoi cette question est en lien avec le poste. Ayez toutefois conscience que votre e-réputation vous précède : les photos que vous diffusez en libre accès sur les réseaux sociaux, les propos que vous tenez sur le web, sont facilement accessibles au recruteur.

 

  • Convaincre et séduire un recruteur : c’est la même chose ?

On est séduit par un profil, on est convaincu par un candidat ! Ne négligez pas la préparation des deux exercices.

Juste retour des choses, l’opération séduction n’est pas à sens unique. Les entreprises peaufinent leur marque employeur pour attirer les meilleurs candidats. Sur ce créneau, le recrutement mobile et via les réseaux sociaux est en plein essor, notamment auprès des digital natives. Des applis comme Kudoz ou Jobr reproduisent les usages de Tinder en permettant de « matcher » job et candidat. JobaroundMe se base sur la géolocalisation du candidat pour lui proposer des postes à proximité.

L’entreprise n’échappe pas non plus aux aléas de l’e-réputation. Le site Glassdoor permet aux salariés de déposer des avis anonymes sur leur entreprise. Le candidat peut donc découvrir de l’intérieur son potentiel futur employeur, sur le modèle des revues de TripAdvisor, forcément subjectives mais moins lisses que le discours marketing RH. Welcome to the Jungle offre au candidat une expérience originale en l’aidant à choisir la tribu qui lui correspond : l’équipe (profils, âge moyen, parité, turnover…), le cadre (reportage photo / vidéo), les valeurs… Séduction et conviction n’ont jamais fait si bon ménage !

 

DLAG_pixpro

Merci infiniment à David Lagarrigue d’avoir répondu à nos questions.

Retrouvez ses publications sur son profil LinkedIn et sur Twitter : @dv_lag !

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant à l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Consultant en communication freelance.
Cyril Garrech
Suivez-moi !