Entreprise

Faire jeûner ses employés : une nouvelle culture d’entreprise

Chaque entreprise, en tant que société miniature et à part-entière, vit à travers une culture communément partagée par ses employés. A savoir sa culture d’entreprise. C’est elle qui fonde la personnalité même de l’entreprise, en mettant en avant : des valeurs et des normes – une vision du monde commune -, des mythes et des héros, des tabous et enfin des rites et des codes. Si les pots de départ sont les rites les plus répandus (et les plus appréciés !), et le costume-cravate le code le plus communément adopté dans certaines entreprises, les banques notamment, ce sont surtout les start-up qui innovent dans la culture d’entreprise. Nootrobox, start-up californienne, incitent par exemple ses salariés à jeûner régulièrement…

Nootrobox : jeûner pour mieux travailler

La start-up californienne, fondée par Geoffrey Woo, ancien étudiant en informatique de Stanford, commercialise de petites pilules, appelées des « nootropics », censées améliorer les capacités cognitives. Leur meilleure vente, la gélule RISE, permet par exemple de booster « la mémoire, l’endurance et la résilience ».

Afin de maximiser les bienfaits de ces gélules, la start-up recommande aux usagés de jeûner régulièrement.  Ce conseil est aussi appliqué par les employés mêmes de l’entreprise qui, depuis décembre 2015, sont incités à jeûner du lundi soir au mercredi matin, avant de terminer le jeun par un petit-déjeuner copieux. Selon le fondateur, les mardis jeûnés seraient en effet les plus productifs, comme le souligne certaines études scientifiques. Jeûner n’est pas une obligation radicale, puisque le thé, l’eau et le café sont autorisés, mais cette pratique s’est enracinée dans la culture de la jeune entreprise.

Jeûner pour mieux s’intégrer

Et si un salarié a envie de manger ? A vrai dire, personne ne vérifie si un membre de l’équipe mange une fois rentré chez lui. Néanmoins, comme le précisent  Olivier Devillard et Dominique Rey dans leur livre « Culture d’entreprise : un actif stratégique » : « […] les normes sont de fait devenues des règles et on ne peut pas les enfreindre, sous peine de sanction ». Et d’ajouter que chez Disneyland, par exemple, tout nouvel employé reçoit un livret de treize pages, énonçant les interdits concernant la tenue vestimentaire à arborer. Chaussettes noires et rasés de près pour les hommes, aucune décoloration ou teinture pour les femmes. Les normes y sont explicites et strictement appliquées, sous peine d’avertissement ou de licenciement…

Pour Nootrobox, jeûner est moins une norme qu’une valeur. En respectant la culture du « biohacking » qui consiste à mener des expériences scientifiques hors-laboratoire et sur son propre corps, les salariés de la start-up s’improvisent finalement scientifique et cobaye. Si aucun règlement ne peut interdire un salarié de manger, les normes implicites jouent le rôle de lois puissantes eu sein des entreprises. Chaque salarié n’est pas obligé de les respecter, mais tout comme les pots de départ ou la tenue vestimentaire, il lui serait néfaste de ne pas s’y plier.

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant au CELSA-Sorbonne.
Diplômé de l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Cyril Garrech
Suivez-moi !