Pub !

Combien touchent les humoristes dans la publicité ?

Entre Gad Elmaleh qui parle de sa merveilleuse banque auprès d’un public hilare, Chevallier et Laspalès promouvant leur assurance ou même Norman tournant des publicités pour Crunch, une question nous taraude tous l’esprit. Combien ont-ils touché d’argent pour tourner dans ces publicités ?

Il faut avouer que les publicités tournées avec des comiques français ne sont – paradoxalement – pas drôles dans leur ensemble. Pire, ces publicités peuvent même nuire à l’image d’un comique, qu’on estime généralement désintéressé par l’argent et davantage passionné par son métier : l’humour… Mais la réalité est tout autre ! Tout le monde a besoin – ou envie – d’argent, mêmes les humoristes. Et lorsqu’un chèque peut atteindre le demi-million d’euros pour quelques minutes d’apparition, difficile de refuser…

Déjà dans les années 1930, le mythique Fernandel jouait déjà dans des publicités de cigarettes. Coluche accepta, dans les années 1970, de tourner une publicité pour la Poste ! Puis vint ensuite Gérard Jugnot pour les pâtes Lustucru, Gérard Depardieu pour la marque Barilla. Bref, la liste est très longue. Les marques ont recours aux acteurs comiques et humoristes pour deux principales raisons : la première pour se différencier grâce à l’humour, la deuxième raison pour atteindre les fans des personnalités engagées.

LCL est, à ce titre, l’exemple parfait d’un flop publicitaire ! Rares sont les banques qui arrivent à sensibiliser leur audience avec de l’humour, mais LCL a très souvent eu recours à l’humour faussement décalé dans leurs spots publicitaires. La banque a tout de même le mérite de se différencier, mais lorsqu’elle a appelé Gad Elmaleh pour ses nouvelles publicités, force est de constater qu’elle n’a pas réussi à atteindre les fans de l’humoriste. Tout du moins, d’une façon positive, puisque les réseaux sociaux n’ont pas tardé à tourner en ridicule le spot publicitaire.

Le Club Med est, selon moi, une marque qui a réussi à faire appel à un acteur comique avec panache ! Rappelez-vous de Thierry Lhermitte, acteur mythique du film « Les Bronzés ». Ce film étant, en lui-même, un placement de produit pour le Club Med, l’entreprise décida, quelques dizaines années plus tard, de faire de la marque une enseigne de luxe. Mais le film « Les Bronzés » faisant croire que le club accueille une clientèle « beauf » et vulgaire, la marque décida donc de tourner un spot publicitaire pour contrer cette image. La scène s’ouvre donc sur un spectacle de danse classique, luxueux et accueillant un public de haut rang social. Dans le public, Thierry Lhermitte, en costume, assiste au spectacle, qui est censé représenter le Club Med. Et l’acteur d’ajouter : « Ah c’est marrant, c’est pas du tout le souvenir que j’en avais ! ». En rendant hommage au film le plus « beauf » qui soit – attention j’adore ce film – le Club Med a quand même réussi, avec humour, à devenir une marque de luxe. Chapeau bas.

Passons maintenant à ce qui nous intéresse tous : combien les humoristes touchent-ils pour tourner dans des pub ?

Voici donc un TOP 5 des cachets d’humoristes !

  • 60 000 € pour Norman + un voyage aux quatre coins du monde– Crunch

  • 250 000 € pour Golden Moustache – Orangina : ce film est, en fait, un placement de produit pour la marque, qui finança le film.

  • 400 000€ pour Eric Judor, du duo Eric&Ramzy – EDF : bien plus que des spots TV, ces publicités sont des web-séries réalisées par Eric Judor lui-même !

  • 450 000€ pour Gad Elmaleh – LCL : on se passera de commentaires… L’humoriste tourna 7 films en tout.

  • 900 000 € par an pour Chevallier et Laspalès – Matmut : bien que ces publicités ne soient ni très drôles ni très marquantes, on estime que le taux de notoriété du groupe Matmut aurait bondi de 80% après la diffusions de ces spots TV. Si le ridicule ne tue pas, il attire au moins l’attention…

https://www.youtube.com/watch?v=78Nu_KSnxWY

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant au CELSA-Sorbonne.
Diplômé de l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Cyril Garrech
Suivez-moi !