Drôle d'histoire !

Abba et l’avantage fiscal

Ce n’est qu’une trentaine d’années après la dissolution du groupe pop suédois qu’Abba reconnut avoir porté des tenues rocambolesques pour bénéficier d’avantages fiscaux !

En effet, Abba ça n’était pas que Waterloo ou Mamma Mia, mais c’était aussi des myriades de paillettes, du latex, des froufrous et des collants brillants. Même si leurs tenues ont contribué pour beaucoup à leur succès, ceux-ci n’étaient guère l’objet d’une quelconque stratégie de notoriété.

Comme le déclara Björn Ulvaeus, chanteur et guitariste du groupe, ces tenues étaient faites pour bénéficier d’abattement fiscal, comme le prévoyait la loi suédoise. En effet, si vous pouviez prouver que les vêtements que vous aviez achetés n’étaient qu’uniquement portables sur scène, alors il était possible de les déduire fiscalement.

Cette loi est toujours actuellement en rigueur, bien que plus stricte. Comme le rappela l’administration suédoise en 2013 dans un communiqué de presse : « Il doit uniquement être question de vêtements fantaisies, utilisés sur scène ou bien de tenues portant le nom, le logo de l’employeur ou d’autres attributs qui les distinguent clairement des vêtements ordinaires».

Cyril Garrech
Suivez-moi !

Cyril Garrech

Fondateur et rédacteur en chef d'E&Co!
Étudiant au CELSA-Sorbonne.
Diplômé de l'École de Management de l'Institut Mines-Télécom.
Cyril Garrech
Suivez-moi !